lundi 2 novembre 2015

Great lady of the silver screen


Je viens de découvrir l'excellent film The Heiress de William Wyler (1949) avec Olivia de Havilland et Montgomery Clift. Cette histoire, inspirée d'un texte de Henry James, met en scène une jeune femme peu sûre d'elle écrasée par un père autoritaire (Ralph Richardson), et séduite par un coureur de dot, le charmant Monty. Celui-ci met un point d'honneur à paraître aussi sincère que s'il était véritablement amoureux de l'ordinaire Olivia, à tel point que moi aussi, j'étais ensorcelée. Enfin, Olivia n'est pas si ordinaire en fait. Et son personnage non plus : il aura sa revanche. Après avoir raflé l'oscar, elle a continué sa carrière tranquillement, dignement et aujourd'hui - c'est ce qui m'émeut le plus - elle est encore en vie, à 99 ans. La dernière survivante de l'équipe de Gone with the Wind, la femme oscarisée la plus âgée. Contrairement à bon nombre de personnages fragiles, pâles et timides qu'elle a incarné au cours de sa carrière, cette grande dame de l'âge d'or hollywoodien se révèle d'une force terrible. L'apparente faiblesse cache toujours bien plus, Olivia de Havilland en est la preuve. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire